• Et vous ? Vous donneriez quelle note ?

    J'esssplique...

    La fille d'une crossinette (qui n'a toujours pas de blog..) âgée de 14 ans vient de passer l'épreuve de français du Brevet des collèges

    Elle m'a envoyé le sujet et le texte rédigé par l'adolescente.

    Je vous le retranscris tel quel :

     

    CONTEXTE  DONNé : Durant la 1ère guerre mondiale, un soldat, le matricule 2124 est condamné à mort pour mutilation volontaire (afin de pouvoir entrer chez lui). En vérité, il a reçu une balle dans la main par accident et non volontairement mais personne ne le croit ! Il écrit une dernière lettre à sa compagne avant son exécution.

     

    DEVOIR DE JADE :

    J’écris aujourd’hui cette dernière lettre, et c’est à toi que je veux l’écrire.

     

    Je suis la victime d’un malheureux accident et d’un terrible malentendu. Personne ne me croit et je suis accusé de mutilation volontaire.

    C’est évidemment faux, tu le sais, j’en suis sûr.

     

    Il me reste 2 heures, alors, quand ce papier te seras parvenu, je serai à tes côtés pour t’écouter pleurer. Mais crois moi, je pleurerais avec toi.

     

    Je ne sais pas si c’est mieux ainsi, ma vie ici est comparable à l’enfer. Je n’ai plus ni la notion du temps, ni de nom. Juste un matricule et une mission : tuer pour survivre.

    Là où je suis, des hommes bons et braves sombrent dans la démence. Je ne me pense pas fou, peut-être l’est-ce de croire que je ne le suis pas devenu. Je suis perdu.

     

    La seule raison qui m’aidait à endurer la boue, le froid, les rats et les morts, c’était l’espoir qu’un jour, je puisse te revoir, t’embrasser et vivre avec toi pour le reste de ma vie.

     

    Maintenant, je sais que c’est possible, je sais qu’on sera réunis un jour au paradis, et j’en suis heureux.

     

    Mais du reste de ton vivant, il sera trop égoïste de ma part d’emprisonner ton esprit du souvenir que tu as de moi. C’est pour ça que je te libère. Va, aime, marie-toi, aies des enfants et une maison.

     

    Je veux que tu penses à moi comme à une triste mais belle mélodie et non comme une cage qui enferme ton cœur.

     

    Je ne regrette pas de t’avoir perdue, je suis content de t’avoir trouvée. Tu as fait de ma vie un bonheur. Chaque jour, un nouveau soleil naissait et chaque jour, je t’aimais un peu plus.

     

    Tu vas me manquer et je ne te l’aurais jamais assez dit : je t’aime.

    Adieu.

     

    Alors ???

    Votre note ? Sachant que l'épreuve est notée sur 15 !

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :